Les traditions du mariage Russe

Le mariage Russie est un mélange de nombreuses coutumes et traditions locales mais aussi européennes et américaines.

Tout d’abord, les russes évitent de demander en mariage leur compagne un jour pair. En effet, cette demande en mariage doit se faire un jour impair. Et il est rare d’assister à un mariage au mois de mai, car selon un proverbe « Se marier en mai, souffrir toute sa vie ».

La veille de la cérémonie la future mariée doit dormir chez ses parents, puis le lendemain, jour des noces, le futur époux va chercher sa promise chez ses beaux-parents mais il est arrêté au pas de la porte par les amies de la mariée et soumettent au futur marié une série de questions (le lieu de leur second rendez-vous, l’anniversaire de sa belle-mère…). Si celui-ci répond mal, alors il aura une amende. Cela permet au futur marié de prouver son engagement vis-à-vis de sa femme.

Crédit image : l'express

Crédit image : l’express

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les Russes ne se marient pas à l’église mais au Palais des Noces ou bureaux d’état civil. Le couple signent les papiers officiels et procèdent à l’échange des bagues et sortent sous une pluie de riz ou bonbons !

Avant de se rendre sur leur lieu de réception, les jeunes mariés parcourent la ville en voiture pour témoigner leur bonheur au monde entier. Puis le couple et leurs convives rejoignent le restaurant où la soirée se déroulera.

Les mariés sont alors invités à croquer dans une boule de pain appelée « karavai » et celui qui a pris la plus grosse bouchée sera désigné comme le chef de la famille. Les invités passent à table et pour accompagner autre blinis et saumon, les Russes boivent des petits verres de vodka, naturellement, en criant « Gorko », souhaitant une vie heureuse au couple !

Puis, les festivités se feront jusqu’au bout de la nuit !

Pour conclure, le mariage russe mélange traditions et modernité mais doit aussi être très tape à l’œil, plus c’est cher mieux c’est !

Publicités

Les traditions de mariage au Japon

Après l’Inde et le Maroc, nous voici au Japon. Ici aussi, le mariage est sacré et ancré dans les mœurs depuis des siècles.

Il faut savoir qu’autrefois, les Japonais ne se mariaient pas par amour mais par arrangement et utilité entre personnes de même classe sociale. Aujourd’hui, les mariages d’amour sont en forte majorité mais certains mariages d’utilité sont toujours proclamés.

Au Japon, deux religions dominent : le shintoïsme et le bouddhisme. Mais la plupart des mariages célébrés sera un mariage traditionnel shintoïste.  Le mariage shinto appelé « shinzen kekkon » signifie en japonais « mariage devant les divinités ». Avant la cérémonie religieuse, le couple doit se marier légalement, qui a souvent lieu plusieurs mois avant la cérémonie shinto.

Pour ceux qui veulent passer par les vraies traditions de cérémonie japonaise, le couple commence par le rite « Yuimono ». Cette cérémonie représente les fiançailles en occident et c’est aussi le moment ou les deux familles se rencontrent et des cadeaux symbolisant le bonheur, la longévité ou la fertilité sont échangés.

Crédit image : Pinterest

Crédit image : Pinterest

Vient ensuite la cérémonie shinto où seule la famille proche y participe. Tout d’abord, la cérémonie se déroule dans un sanctuaire Shinto menée par un prêtre et de « miko », ses assistantes.

La mariée porte un kimono blanc (couleur de la virginité) traditionnel appelé « shiromuku » et d’une coiffe, la « tsuno kakushi ». Quant au marié, il porte un kimono noir appelé « montsuki ».

Le couple est tout d’abord purifié et doit faire une offrande aux « kami », les dieux. Il y a ensuite le rituel du « San San Ku Do », qui signifie « 3 séries de 3 gorgées ». Le couple doit boire 3 gorgées de 3 tasses différentes remplies de saké (boisson japonaise) dont le but est d’atteindre le chiffre 9, chiffre porte-bonheur au Japon. Ensuite le couple procède à l’échange des alliances. Enfin une miko va servir du saké à tous les convives afin de célébrer l’union du couple et permet de clôturer la cérémonie.

Une fois la cérémonie religieuse terminée, le couple offre à ses invités une réception et un repas. Lors de cette réception, le rituel du « Kagami-Biraki » a lieu. Depuis les temps anciens, les japonais ont pour coutumes d’ouvrir un miroir pour célébrer l’avenir. Il s’agit enfaite de briser le couvercle d’un tonneau de saké afin de le déguster.

Dans les mariages très traditionnels, il n’y a généralement pas de soirée après , mais de plus en plus de japonais organise un mariage plus occidental et propose de finir leur mariage sur une soirée.

Les traditions de mariages au Maroc

Nous continuons notre tour du monde des traditions de mariage au Maroc.

Le mariage marocain est ancré dans des traditions riches et anciennes avec de nombreux rituels. Comparé aux mariages occidentaux, le mariage marocain dure plus longtemps (de 3 à 7 jours). Tout d’abord, avant le mariage, les parents des futurs mariés se rencontre afin de se mettre d’accord sur la dot et les modalités de mariage. Cette rencontre permet aussi d’avoir la bénédiction des parents.

Mais avant le jour j, le couple doit respecter de nombreux rituels traditionnels. Quelques jours avant, la future mariée, accompagnée des femmes de sa famille, doit se rendre au hammam afin de prendre un bain de lait purificateur. Ce bain est censé purifier et porter bonheur à la mariée.

Vient ensuite la cérémonie du henné, qui a lieu la veille du mariage. Lors de cette cérémonie, la jeune femme est tatouée sur les mains et les pieds. Ce rituel apporte à la mariée prospérité et bonheur.

Crédit image : Pinterest

Crédit image : Pinterest

Puis lors de la « Hdia », le marié et sa famille va offrir des cadeaux aux valeurs symboliques à la mariée comme des bijoux, du sucre, du lait…

Le jour J arrive enfin, et ici aussi de nombreuses traditions sont à suivre. La future mariée, toujours accompagnée de femmes de sa famille est amenée dans un salon pour se faire maquillée, coiffée et habillée d’un caftan blanc, tenue traditionnelle. Puis tout au long de la cérémonie, elle changera de tenue jusqu’à 7 fois !

La cérémonie débute par des chants et danses traditionnelles et la lecture du Coran puis se poursuit. Lorsque celle-ci est terminée, les festivités peuvent commencer. Le couple marié est installé sur des fauteuils appelé « amariya » et sont soulevés par des hommes. C’est l’entrée des mariés où les invités peuvent les admirer. Un moment très festif et convivial pour le couple et leurs invités.

Le repas est ensuite servi où l’on retrouve de nombreux plats marocains : tajine, méchoui, couscous, pâtisseries traditionnelles… La fête continuera jusqu’au bout de la nuit et les jours suivant dans le but de consolider les liens entre les deux familles.

Le mariage marocain est connu pour être grandiose, très festif et en donne plein les yeux aux invités !

Crédit image : Pinterest

Crédit image : Pinterest

Les traditions de mariage en Inde

Nous allons vous faire découvrir les traditions de mariages de différents pays à travers plusieurs articles. Et nous commençons notre tour du monde par le mariage hindou !

Le mariage hindou est un mariage religieux considéré comme sacré où il existe de nombreux rituels et traditions.

En Inde, le mariage est à la fois l’union d’un homme et d’une femme pour fonder une famille mais aussi l’alliance entre deux familles. Et contrairement à l’occident, le mariage hindou est, depuis toujours, un mariage arrangé. Les parents, de par leur réseau d’ami, leur famille, choisissent le/la futur(e) époux(se). Et la famille de la future épouse doit offrir une dot à la famille du futur mari (argent, maison, terrain…). La rencontre entre les futurs mariés et leur famille se font quelques semaines ou mois avant le mariage, cette rencontre est appelée « nichayadartham ». Il faut aussi savoir que les parents choisissent le/la futur(e) époux(se) selon leur classe sociale, et plus la famille est riche, plus le mariage est somptueux où il peut durer jusqu’à 12 jours !

Crédit photo : pinterest

Crédit photo : pinterest

Vient ensuite la cérémonie de mariage, aussi appelée « kalianon » ou « thirumam », suivant de nombreux rituels. Les mariés sont vêtus de costumes traditionnels qui varient selon la région et qui sont fabriqués spécialement pour l’occasion.

Tout d’abord, le frère de la mariée, appelé « tholan » va chercher le futur marié chez lui, ou celui-ci offre au tholan une bague en or. Ces derniers vont ensuite sur le lieu de la cérémonie nommée « manavarai » ou le prêtre commence un rituel durant plusieurs heures. La mariée arrive alors à son tour accompagnée de sa famille et de sa sœur, appelée « tholi ».

Crédit photo : Pinterest

Crédit photo : Pinterest

L’union des deux époux est ensuite scellée par le prêtre par une bénédiction orale et les invités lancent des fleurs sur les jeunes mariés. Puis le tholan et la tholi offrent au couple le « thâli », collier jaune orné de deux pièces d’or, qu’ils ont fait bénir par les invités. Le marié marque alors le front de son épouse d’un point rouge, appelé « poddu » pour sceller leur union et procède à l’échange de leur collier de fleur.

Les jeunes mariés tournent ensuite 7 fois autour d’un feu sacré où ils invoquent les dieux afin qu’ils bénissent leur couple.

Vient alors un autre rituel, le marié passe la minji (bague) autour de l’orteil de sa femme et celle-ci fait de même pour son mari avec le metti. Les deux bagues sont plongées dans un récipient d’eau et le couple doit les retrouver en y plongeant leur main, cela sert à créer des liens entre les époux. Puis le mauvais œil, arathi, est conjuré par les personnes âgées, souvent les grand-mères.

Pour terminer ces nombreux rituels, le couple se prosternent aux pieds du prêtre et de leurs parents afin de recevoir leur bénédiction et les invités les bénissent avec du riz. Les cadeaux des familles sont remis aux jeunes mariés, puis le kaichi utrrudal est servi, il s’agit du repas de clôture de la cérémonie et les festivités peuvent commencer.

Une fois le mariage célébré, le couple est unis pour l’éternité et en cas de décès du mari la femme doit s’habiller en blanc (couleur du deuil) pour le reste de sa vie et ne doit plus porter son poddu. Elle devient alors la risée de la famille et est exclu des cérémonies religieuses.

Do it yourself, la guirlande de fanions !

Fanions

Le deuxième do it yourself que je vous propose est la guirlande de fanion. Elle peut servir à décorer votre salle naturellement, mais aussi, votre candy bar, votre photobooth… Bref tout ce que vous voulez. De plus ces guirlandes sont très simples à réaliser soi-même.

Pour ce DIY, vous aurez besoin de :

– une paire de ciseau

– de la ficelle (normale ou de jute) ou du ruban (selon votre préférence)

– des feuilles ou tissus de couleurs ou à motifs (selon votre préférence)

– de la colle

– une règle

Les étapes

1) Découpez vos feuilles ou tissus en triangle à l’aide d’un patron. Libre à vous de choisir leur longueur et leur nombre.

2) Si vous avez choisi de faire vos triangles avec des feuilles, collez les proprement sur votre ficelle ou ruban. Si vous avez choisi du tissu, vous pouvez les coller avec une colle spéciale tissu sinon vous pouvez également les coudre à la ficelle ou ruban. Veillez à laisser la même distance entre tous les triangles.

3) Vous pouvez également rajouter des lettres sur chaque fanion pour écrire un message en achetant des pochoirs et de la peinture ou en imprimant directement les lettres que vous découperez et collerez ensuite sur le triangle.

Tout est possible, laissez parler votre imagination au niveau des couleurs et motifs !

Crédit image : Pinterest

Crédit image : Pinterest